Herpès et sites de rencontres au 21e siècle
Actualités Rencontre

Pourquoi le gouvernement nigérian devrait encourager les législateurs à éliminer Don Bugdet de l’achat de véhicules

Le Center for Open Leadership and Anticorruption, CACOL a qualifié d’inéquitable l’action des principaux membres de la neuvième Assemblée et d’autres hauts responsables gouvernementaux, proposant 5,5 milliards de nairas pour l’achat de voitures de luxe dans le cadre de l’obligation de se conformer à ses fonctions. . et injuste pour les Nigérians.

L’attaché de presse du NOG, Toyin Odofin, dans un communiqué de presse signé au nom du président du Centre, Debo Adeniran, a déclaré : le serment constitutionnel d’office prêté par les membres pour exercer leurs fonctions dans l’intérêt du bien-être et de la prospérité du Nigéria et de ses citoyens, tel qu’il figure dans la septième annexe de la Constitution nigériane de 1999 (telle que modifiée).

C’est la vingtième année de ce régime civil et cela s’appelle la Neuvième Assemblée mais nous n’avons pas enregistré beaucoup de progrès en termes de morale législative, de conscience, d’éthique et de responsabilité.

Cependant, il a été conclu que tous les législateurs et certains hauts fonctionnaires du gouvernement à l’Assemblée nationale dépenseront pas moins de 50 millions de nairas pour les voitures. Dans un pays qui a plusieurs défis économiques, la fonction de surveillance des législateurs ne devrait pas être basée sur l’achat de voitures de luxe, où il y a d’autres choses, une telle somme d’argent peut aider à réparer les secteurs de la santé et de l’éducation dans le pays.

Bien que le Projet sur les droits et la responsabilité socio-économiques (SERAP), BudgIT, Assez, c’est assez (EiE) et 6 721 Nigérians concernés aient déposé une plainte demandant à la Haute Cour fédérale d’empêcher la National Assembly Service Commission (NASS) de payer N5. . 550 milliards budgétisés pour l’achat de voitures de luxe pour les membres seniors du 9e Sénat, et pour empêcher le Sénat de lever des fonds jusqu’à la proposition de déclassement du Sénat.

Le procès a été déposé vendredi devant la Haute Cour fédérale, Ikoyi et Lagos par Kolawole Oluwadare et soutenu par un affidavit d’urgence. Cependant, aucune date n’a été fixée pour l’audition du procès.

Le chef du CACOL a ajouté que « nous devons continuer à dénoncer cette action, car une fois qu’ils se sont tus, ils l’aiment et ils continuent à croire qu’ils nous ont submergés. C’est répréhensible et totalement inacceptable.

Le peuple nigérian ne doit pas abandonner cette question. En outre, nous restons convaincus que la corruption officielle doit être combattue de front si le Nigéria veut pousser un soupir de soulagement et revenir d’un voyage apparent vers un désastre économique et social. D’où notre engagement total et notre soutien à la guerre contre l’ogre de la corruption, Quoi qu’il en soit, à la lutte pour atteindre les objectifs fixés par le gouvernement fédéral actuel et être à la hauteur des souhaits de la majorité des Nigérians. »