Obstacles à la sécurité sociale et aux droits des homosexuels 3
Rencontre gay,  Rencontre libertine

Obstacles à la sécurité sociale et aux droits des homosexuels 3

Dans un article précédent, j’ai dit que seuls 14 des 192 pays de l’ONU permettent aux homosexuels de vivre, d’être libres, d’avoir une sécurité d’emploi et de se marier. L’ironie est que les 192 pays sont censés respecter la Déclaration universelle des droits de l’homme que l’Assemblée générale des Nations Unies a adoptée le 10 décembre 1948. L’article 22 de cette déclaration décrit la sécurité sociale. Elle établit que toute personne, en tant que membre de la société, a droit aux droits économiques, culturels et sociaux essentiels à sa dignité et au libre développement de sa personnalité.

Cela signifie que chacun a droit aux avantages culturels, professionnels et sociaux offerts par le pays dans lequel il vit. Cela comprend les programmes gouvernementaux qui favorisent le bien-être de la nation. L’individu a droit à une nourriture suffisante, un abri, des services de santé et les avantages suivants pour survivre :

  • Pensions de vieillesse;
  • Pension alimentaire pour veuve ou enfant en cas de décès du soutien de famille ;
  • Soins médicaux;
  • Indemnité de maternité ;
  • Assurance chômage;
  • Indemnité de congé de maladie ;
  • Prestation d’invalidité;

Selon le site « dosomething.org », il y a 1,7 million d’adolescents sans abri aux États-Unis et 40% d’entre eux sont membres de la communauté LGBT. Tout au plus, la communauté LGBT représente environ 10 % de toute la population. Si 40% des adolescents sans-abri aux États-Unis font partie de la famille LGBT, cela signifie qu’un adolescent lesbienne, gay, bisexuel ou transgenre est 4 fois plus susceptible d’être sans-abri. Pourquoi donc? Je pense qu’il est juste de dire que de nombreux adolescents LGBT sont chassés de chez eux par leur propre famille. C’est pourquoi ils risquent davantage de se retrouver à la rue. J’utilise les États-Unis comme exemple pour plusieurs raisons :

  1. L’Amérique est connue comme le pays de la liberté
  2. Les États-Unis ont une position modérée sur les questions homosexuelles
  3. L’Amérique en tant que leader de l’Occident est censée montrer l’exemple

En tant que chrétien, je crois que Jésus est mon Sauveur et l’exemple ultime de la façon dont je dois traiter les autres. C’est pourquoi j’espère que l’église interviendra lorsque le gouvernement d’un pays ne remplit pas sa responsabilité envers les faibles, les malades, les veuves et les enfants. Je crois que l’église, si elle veut être la voix de Dieu dans la société, doit être en première ligne pour défendre ceux dont les droits ne sont pas protégés. Malheureusement, de nombreuses églises font exactement le contraire dans ce cas. Ils sont à l’avant-garde de ceux qui disent aux parents d’abuser, de négliger, de discipliner et d’abandonner leurs propres enfants LGBT. Au lieu de défendre les faibles, ils crient contre eux. Il est peut-être temps pour l’église de se demander si elle fait ce pour quoi elle a été envoyée.

Dans ma Bible, Jésus n’était pas à l’avant-garde des jets de pierres et pourtant, en parcourant les nombreux sites Web des églises, je ne vois que des jets de pierres et de la haine contre la communauté LGBT. Même lorsque Jésus a cru que la personne devant lui avait péché, il n’a pas jeté de pierres.

Je pense qu’il est censé y avoir deux grandes puissances qui s’occupent de la jeunesse dans ce monde aujourd’hui. Ils sont le christianisme et les Nations Unies, mais en termes d’informations ci-dessus, aucun d’eux ne s’en tient à ses propres déclarations.