Quel est le niveau d'intimité approprié avant le mariage ?
Actualités Rencontre

L’EFCC accuse un professeur d’université pour fraude présumée d’un million de N19

Chef de guerre nigérian contre les crimes financiers : La Commission des crimes économiques et financiers, EFCC, bureau régional de Makurdi a poursuivi un certain Moses Peter Adga devant le juge Simon O. Aboki de la Haute Cour de l’État de Nasarawa à Lafia, État de Nasarawa.

Adga a été inculpé le vendredi 7 juin 2019 d’une accusation d’avoir converti de manière malhonnête la somme de 19 765 200 N (dix-neuf millions sept cent soixante cinq mille deux cents nairas), qui est une subvention du Fonds d’affectation spéciale pour Enseignement supérieur ( TETFUND). lui d’étudier un doctorat, à d’autres fins.

Tony Orilade, directeur par intérim des médias et de la publicité pour l’agence anti-corruption, a déclaré dans un communiqué de presse publié que le crime est punissable en vertu de l’article 312 des lois du Code pénal.

Mais, le chef d’accusation indique : « que vous Moisés Peter Adga dans le courant de 2011 à Keffi, dans le cadre de la compétence de cette honorable Cour, vous avez reçu la somme de N19 765 200 (mille neuf cent sept cent soixante cinq mille deux cent nairas) de Fonds fiduciaire pour l’éducation (TETFUND).

L’argent a été déposé sur le compte du professeur à la United Bank for Africa via le compte Diamond Bank de l’Université d’État de Nasarawa dans le but de former et de perfectionner le personnel académique de l’Université de Bangor au Royaume-Uni.

« Il l’a malhonnêtement converti pour son propre usage et a donc commis un abus de confiance criminel contre l’article 311 et punissable en vertu de l’article 312 des lois du Code pénal. Il a dit. »

Mais, le conférencier a plaidé « non coupable » à une accusation.

Au vu de sa déclaration, l’accusation, Mary Onoja a prié pour une date pour le début du procès. Il a également prié pour que l’accusé reste en détention provisoire en attendant l’audition de sa demande de libération sous caution.

L’avocat de la défense, SK Sheltu, a demandé oralement la libération sous caution de son client et le juge Simon O. Aboki a accordé au défendeur une caution d’un montant de 2 000 000 nairas (deux millions de nairas) avec deux cautions d’un montant égal. L’accusé doit remettre son passeport international au greffier de la Cour.

Le juge a renvoyé l’affaire au 10 juillet 2019 pour le début du procès.

Les problèmes ont commencé pour Adaga, professeur au Département de microbiologie de la Faculté des sciences naturelles et appliquées de l’Université d’État de Nasarawa Keffi, lorsqu’un pétitionnaire a allégué que le suspect avait obtenu une subvention du Fonds d’affectation spéciale pour l’enseignement supérieur (TETFUND) d’un montant de N19, 756 200 via l’Université d’État de Nasarawa en 2010 pour étudier un doctorat en biologie cellulaire et moléculaire à l’Université de Bangor, au Royaume-Uni.

Il a obtenu cet argent déguisé en une formation doctorale à l’étranger et n’a jamais présenté la moindre preuve d’aller ou d’obtenir son diplôme comme il le prétendait et pourtant il a continué à faire des excuses.

L’analyse de sa déclaration a montré que le suspect a détourné les fonds à des fins commerciales et diverses, en plus de la raison pour laquelle les fonds ont été remis.

Huit ans après que l’argent a été attribué au suspect, il n’a pas été en mesure de présenter un certificat de doctorat d’aucune université.