Les dix commandements, Jésus-Christ et ses propres commandements dans l'évangile de Matthieu
Actualités Rencontre

La décennie du MMA

Alors que nous approchons de la fin de la première décennie de ce millénaire, il est clair que le MMA est là pour rester. Au début de cette décennie, les MMA (Mixed Martial Arts) étaient considérés comme des « combats de coqs humains », interdits dans la plupart des états des États-Unis, ils n’étaient rien de plus qu’un sport d’exhibition. C’était ce qu’était la boxe au tournant du siècle, violente et barbare.

Prenons une courte leçon d’histoire et découvrons la décennie du MMA.

Au tournant du siècle, il y avait 2 marchés principaux pour le MMA, le Japon et les États-Unis.

L’UFC à l’époque était la seule promotion MMA largement reconnue en Amérique du Nord, ils avaient organisé de nombreux concours sur Pay Per View depuis l’UFC 1 révolutionnaire en 1993. La promotion était connue pour être des combattants « sans règles » et « sans restrictions ». . . . ils gagnaient régulièrement des combats en frappant dans des zones plutôt inappropriées ou en creusant les yeux de leurs adversaires. À un moment donné, l’UFC organisait des événements de catégorie de poids ouverts et les promouvait comme des concours « David contre Goliath », opposant un lutteur Jui Jitsu de 170 livres à un lutteur de sumo de 350 livres.

Ce sont ces concours qui ont prouvé que le MMA était le spectacle parallèle qu’on pensait être, une violence insensée dans la tradition des combats de gladiateurs romains, mais heureusement sans l’alimentation du lion.

Le Japon était également un vivier important pour le MMA, et ce depuis le début des années 1990 avec les championnats japonais de Vale Tudo. En 2000, le Pride FC est arrivé au premier plan avec son premier championnat du Grand Prix, où les combattants ont combattu plusieurs combats en une nuit jusqu’à ce que le vainqueur final soit couronné. Cette promotion a vu Don Frye, Mark Coleman et Wanderlei Silva devenir des noms connus à l’étranger.

En novembre 2000, l’UFC a officiellement organisé son premier événement autorisé par le New Jersey State Athletic Control Board. Ayant gagné la bataille, mais pas la guerre, SEG (l’ancien propriétaire de l’UFC) était au bord de la faillite. En janvier 2001, Zuffa Entertainment a acheté l’UFC et peu de temps après, a organisé un autre événement PPV.

Au cours des 9 années qui ont suivi, le MMA s’est développé. Même les personnes qui ne savent pas ce qu’est le MMA reconnaissent au moins le terme « UFC ».

Cependant, il ne fait aucun doute que l’événement déterminant qui a amené le MMA au premier plan a été la télévision de la finale du TUF 1 (une émission de téléréalité avec des lutteurs amateurs essayant d’entrer dans l’UFC) à la télévision gratuite en 2005. Toutes les 15 minutes Bonner / Griffin le combat à pied a été l’un des combats les plus excitants à ce jour. Son professionnalisme, son cœur et son comportement sportif ont changé la perception des téléspectateurs selon laquelle les combattants d’arts martiaux sont des tyrans, et dans le sport uniquement pour l’argent et la violence.

Après le géant qu’est l’UFC, il existe de nombreuses promotions plus petites qui gagnent désormais du terrain, dont certaines, comme Strikeforce, ont des accords de télévision lucratifs aux heures de grande écoute sur des stations comme NBC.

Des entreprises comme Affliction et Elite FC sont venues et ont disparu, mais l’UFC est toujours aussi fort. La marée actuelle de couverture dans la presse écrite, à la radio et à la télévision a également entraîné avec elle toute une industrie de sociétés d’alimentation, telles que les sociétés d’équipement de lutte, les gymnases d’entraînement et les sociétés de promotion qui deviennent aujourd’hui de grands magnats commerciaux.

En este punto, las MMA están obteniendo la misma cobertura mediática en Norteamérica que algunos deportes importantes, se está convirtiendo en un nombre familiar, y ahora hay niños que están dejando sus palos de hockey y bates de béisbol, y se están poniendo un Gii ( arts martiaux). tenue portée par la plupart des lutteurs traditionnels pour pratiquer) et descendre au dojo local pour apprendre le Ju Jitsu brésilien.

Ce sont ces petits enfants qui apprennent le Ju Jitsu aujourd’hui, qui ont grandi en regardant Chuck Lidell et Randy Couture, qui seront les athlètes que nous verrons à la télévision dans 10 ans.

Bienvenue dans la nouvelle ère du MMA.