Rencontres, vieillissement et l'homme gay
Actualités Rencontre

Critique de livre – La reine réticente de Jean Plaidy

Dans l’Angleterre du XVe siècle, Lady Anne Neville est la fille du comte de Warwick, un homme riche et ambitieux ayant l’influence de déterminer la royauté. La guerre des roses, une guerre entre les maisons de Lancaster et York pour le trône d’Angleterre a pris fin. Les Lancastre demandent de réintégrer l’ancien et le fou que le roi Henri VI a perdu. Le soutien du père d’Anne a valu le trône au jeune et charismatique roi Édouard IV, un homme que le comte de Warwick est convaincu qu’il peut influencer.

Pour assurer son pouvoir sur le roi Edward, Warwick marie sa fille aînée Elizabeth au frère du roi Edward George, le duc de Clarence. Lorsque le frère plus jeune et plus sérieux du roi Edward, Richard, est envoyé à Middleham, la maison de la famille Warwick, pour s’entraîner, Anne tombe amoureuse de lui et lui d’elle.

Le roi Edward est un homme indépendant et s’avère incontrôlable par le rusé Warwick. Tout le pays est horrifié lorsqu’Edward épouse Elizabeth Woodville, une roturière et veuve avec deux jeunes enfants. Les rumeurs abondent selon lesquelles Elizabeth aurait jeté un sort au roi dans une forêt. En tant que reine, elle est impatiente d’améliorer le statut de sa famille et organise avec ambition des mariages politiques et leur garantit des postes et des biens. Avant longtemps, les Woodville sont au pouvoir, pas le roi Edward et certainement pas le comte de Warwick.

Enragé, Warwick change d’allégeance aux Lancaster et épouse sa plus jeune fille Anne au fils du fou Henri VI, également nommé Edward. Anne, qui n’a connu les Lancastre que comme ennemi, est maintenant envoyée en France avec sa future belle-mère, la femme d’Henry, la rauque et vorace Margaret. Ensemble, les deux femmes attendent pendant que Warwick et les Lancastre se battent pour vaincre le roi Edward et rétablir le fiancé d’Anne en tant que roi légitime.

Les Lancaster perdent la bataille et le fiancé d’Anne meurt. Le roi Edouard la place sous la tutelle de son beau-frère Clarence et la renvoie en Angleterre.

Cependant, le malheur frappe à nouveau. Clarence est impitoyable et a toujours voulu usurper la couronne de son frère aîné, le roi Edward. Anne et Richard se retrouvent et s’engagent l’un envers l’autre et attendent l’approbation pour se marier. Clarence est déterminé à garder la main sur la fortune d’Elizabeth et Anne et ne veut pas qu’Anne épouse Richard. Il est derrière un complot perfide qui non seulement sépare les deux amants l’un de l’autre, mais éloigne Anne de tout ce qu’elle a toujours connu et aimé. Pauvre Anne, tout ce qu’elle veut de la vie, c’est vivre en paix avec sa famille. Au lieu de cela, les circonstances la plongent dans la confusion jusqu’à ce qu’elle soit enfin parée en tant que reine, une position qu’elle n’a jamais désirée.

Jean Plaidy a réussi à recréer une période d’une grande complexité dans l’histoire de l’Angleterre. L’auteur a fait un excellent travail en expliquant les relations complexes entre les personnages, ce qui a rendu l’histoire facile à suivre. Elle a facilité la compréhension de la façon dont les Lancastre sont devenus les ennemis de la maison d’York et comment leurs différentes revendications sont nées.

Jean Plaidy parvient à maintenir l’intérêt des lecteurs à tout moment tout en donnant vie à cette riche histoire. Le roman met en lumière une époque très critique de l’histoire anglaise et Jean Plaidy l’a rendu amusant à apprendre.