Raisons de l'adultère et comment des statistiques choquantes révèlent pourquoi personne ne peut être complaisant
Actualités Rencontre

AIS virtuel

Le système d’identification automatique ou AIS, comme on l’appelle plus communément, est un système d’identification des navires basé sur VHF qui est utilisé depuis 2000. Il s’agit d’une exigence obligatoire pour la plupart des navires de 300 tonneaux de jauge brute ou plus effectuant des voyages internationaux. Le système AIS s’est avéré très utile pour éviter les collisions entre les navires et est également largement utilisé pour aider les services de trafic maritime (VTS).

Un développement assez récent de cette technologie a été l’avènement de l’AIS virtuel. L’AIS virtuel est basé sur le concept de messagerie Pseudo AIS. Le pseudo AIS est essentiellement un message AIS envoyé par les centres VTS pour fournir aux navires des informations sur les remorqueurs et autres navires similaires qui n’ont pas d’équipement AIS. Le centre VTS transmet un pseudo message AIS au nom du remorqueur aux navires à proximité afin qu’ils puissent donner au remorqueur un espace d’amarrage suffisant.

Ce pseudo concept AIS a été poussé un peu plus loin en introduisant l’utilisation de bouées virtuelles et de pilotage virtuel. Une bouée virtuelle est essentiellement un message AIS envoyé par le VTS ou les autorités portuaires aux navires dans la zone portuaire, donnant les détails des bouées de navigation qui ne sont pas physiquement présentes. Les navires équipés d’un transpondeur AIS peuvent utiliser ces informations pour naviguer en toute sécurité dans des canaux étroits et éviter les obstacles. Ce type de système est extrêmement rentable car les coûts associés à l’installation et à l’entretien d’une bouée physique sont éliminés. Il est également bénéfique pour la navigation car la bouée apparaîtra sur les écrans radar liés à l’AIS, quelles que soient la visibilité ou les conditions météorologiques. Un très bon exemple de système de balise virtuelle réussi se trouve sur la rivière Hooghly en Inde. Les rives du Hooghly ne cessent de changer en raison de la sédimentation. Cela rend l’entretien des bouées difficile, car les bouées doivent être déplacées très fréquemment pour marquer la nouvelle position des berges. Cet obstacle a été surmonté en utilisant un système de bouées virtuelles pour baliser le chenal.

Une autre application de l’AIS virtuel qui a des implications importantes en termes de gain de temps et d’argent est celle du pilotage virtuel. Dans ce système de pilotage, la station de pilotage transmettra une série de waypoints de navigation aux navires concernés et les navires devront simplement se diriger vers ce waypoint. Cela permettra aux navires de naviguer avec succès dans les eaux de pilotage sans la présence physique d’un pilote à bord. Les systèmes AIS ainsi qu’un système de pont intégré permettront à la station de pilotage de recevoir des informations à jour sur tous les paramètres de navigation du navire, leur permettant de guider le navire en toute sécurité jusqu’à son poste d’amarrage. Bien que les ramifications juridiques du pilotage virtuel fassent encore l’objet de débats, les avantages en termes de coûts pour les armateurs en termes de coûts de pilotage et de temps de réponse garantiront probablement que le pilotage virtuel deviendra probablement une proposition bien réelle à l’avenir.